Laissez la place quelles ont, aux vieilles photos jaunies.
Ne plus retournez le guéridon, fermer les albums.
Les tiroirs et les malles des instants bénies,
Ne sont plus qu'anciens et vieux capharnaüm.

La vie appelle en avant, loin des spectres,
Des rois et des histoires du temps d'avant.
Le temps n'est qu'un ancien et puissant sceptre,
Qui ne demande qu'à être dépousierrè par le vent.

Ainsi je mets mon pas devant l'autre,
Laissant à d'autres le goût du passé,
Les vieilles modes et colifichets d'autres,
les vieux parfums et odeurs dépassés.

Tout un chemin s'ouvre sur un soleil brillant,
La mer pas loin offre une nouvelle marée.
Un envol, le regard par l'éclat scillant,
Un feu, qui me crée  nouveau phénix coloré.