Il n'y a de l'être sans être,
Quand un son se transforme en musique,
Une vie commence à naître
Quand le réel est bien plus que le physique.

Je reprend ma plume,
Je répand la douceur noire,
un café avec amertume,
Des soirs d'ennuis dans l'encensoir.

Le mot est un parfum,
La virgule une senteur,
D'un même langage qui ne fait qu'un
Devant la rage du censeur.

Les armes n'ont jammais été aussi forte
Que lorsqu'elles expriment,
Douce révolte,
Le sens de la rime.